fr the-celebrities

Matty healy

Nous ne savions pas que l'émission de mars 1975 à 3Arena serait l'un des derniers concerts majeurs en Irlande avant que le coronavirus ne fasse des ravages sans précédent. Dans les coulisses, le leader Matty Healy a abordé les éléments les plus dystopiques de la société moderne. Le nouvel album du groupe Notes On A Conditional Form, Greta Thunberg, la politique, le sexe, l'héroïne et le scandale des tabloïds ont également fait l'objet de discussions. De plus, nous le rejoignons en lock-out pour ses réflexions sur la crise de Covid-19.

On dit que dans la vie, on ne sait jamais ce qui se passe dans le coin - et cette année a été une étude de cas particulièrement extrême. C’est le soir du mardi 3 mars, et devant une porte de chargement à 3Arena, j’attends patiemment que le publiciste de 1975 m’escorte à l’intérieur pour un sommet avec le leader de l’équipe art-pop, Matty Healy.

Le soleil se couche sur les docks de Dublin, et un flot constant de fans en 1975 défile avec enthousiasme sur le chemin du concert. C'est simplement une autre nuit de printemps bien remplie dans la ville, mais - dans un développement qui rappelle un film de science-fiction dystopique - dans à peine une semaine et demie, ces rues seront désertes, le gouvernement annonçant une fermeture nationale sans précédent en une tentative de freiner la propagation de la pandémie mondiale de coronavirus.

Tout espoir que le virus pourrait être rapidement contenu et un certain degré de normalité rétabli a été rapidement anéanti, alors que nous avons accepté l'ampleur choquante de ce qui se déroulait. Après deux mois et demi de verrouillage qui ont eu des conséquences sociales et économiques massives, le monde ne tente que provisoirement une réouverture progressive, sans que personne n'ait aucune idée de ce à quoi ressemblera l'avenir à long terme. On pourrait dire que ça met les choses en perspective - trop putain de perspective, pour citer Spinal Tap.

Le spectacle de 1975 a été l'un des derniers concerts majeurs du pays avant la fermeture. En réfléchissant à la soirée maintenant, c'est un rappel extraordinairement puissant de la joie pure que nous tirent les concerts et autres événements communautaires - une joie que, dans l'ouest de toute façon, nous tenons probablement trop souvent pour acquise.

CONCEPTUALISTES POP

Publicité

Finalement, le publiciste du groupe retire la grille et m'accompagne jusqu'au deuxième étage de 3Arena où je suis déposé à la cantine pendant que Healy se trouve. J'ai une conversation inactive avec l'équipage pendant qu'ils dînent - nous parlons même du coronavirus qui a fait l'actualité ces derniers temps. Y aura-t-il des annulations de concerts ou de festivals en Europe au cours des prochains mois? Qui sait. Une chose est sûre: l’idée de pays verrouillés et de frontières fermées n’est nulle part dans l’ordre du jour des conversations.

Un appel passe dans la pièce et je suis informé de l’arrivée de Matty. Au coin de la rue, dans le calme de la loge de la chanteuse - étonnamment nue, avec juste un petit canapé, quelques chaises et un siège devant un miroir éclairé - il reste un peu de temps pour rassembler mes pensées.

J'avais déjà fait une interview téléphonique avec Healy il y a sept ou huit ans, juste au début de The 1975. Bien que j'aimais le groupe, le chanteur avait une qualité de star remarquable: dans la grande tradition des conceptualistes pop anglais comme David Bowie, Neil Tennant et Damon Albarn, il avait un manifeste et était visiblement avisé sur la musique et la culture. Cela n’a pas fait de mal, bien sûr, que Matty - le fils des acteurs Tim Healy et Denise Welch - ait eu le look et les mouvements pour correspondre au bruit.

La façon habile de Healy avec un crochet pop signifiait que par le deuxième album de 1975 - I Like It When You Sleep, For You Are So Beautiful Yet So Unaware Of It - le quatuor mancunien était numéro un des deux côtés de l'Atlantique et tête d'affiche Madison Square Garden.

Mais c'est avec A Brief Inquiry Into Online Relationships, publié deux ans plus tard, que la position critique du groupe a rattrapé son profil commercial. Une exploration de notre paysage culturel saturé de médias sociaux, l'album partageait des similitudes thématiques - ainsi qu'un côté rock expérimental - avec OK Computer de Radiohead. Healy faisait toujours attention à conserver les influences pop et R&B habituelles de The 1975, ce qui signifie que l'album était un autre succès commercial.

Le chanteur est clairement à la maison sous les projecteurs - contrairement, par exemple, à U2 ou REM, le profil public des autres membres du groupe est inexistant - et il s'occupe encore une fois uniquement des tâches de promotion lors de cette visite.

Il fait une entrée discrète dans le vestiaire, portant notamment le même sweat à capuche et le même pantalon noirs qu'il portera sur scène dans quelques heures. Ses cheveux sont dans une sorte d'émo Mohawk, et il repousse sa frange de ses yeux alors qu'il salue chaleureusement. Après avoir éteint une cigarette - oui, il en avait une à l'intérieur, le gazon effronté - Healy prend place sur le canapé et se met au travail.

Publicité

Lors de notre précédente interview il y a toutes ces années, The 1975 ne comptait que quelques centaines de spectateurs à la Dublin's Academy 2. Ce soir, ils jouent leur deuxième tête d'affiche de 3Arena en un peu plus de 12 mois, et l'étonnante Notes On A Conditional Form est l'un des albums les plus attendus de l'année.

Le voyage a-t-il jusqu'à présent dépassé les attentes de Healy?

«C'est drôle, en fait», estime-t-il. «La première fois que je suis vraiment rétrospectif à ce sujet, c'est récemment. Il y a une chanson sur le disque appelée "Guys", et la vidéo contient toutes ces séquences au fil des ans. C’est fou qu’elle soit devenue si massive, mais c’est une croissance tellement organique.

"Vous pouvez regarder mon Twitter ou autre chose et nous voir jouer au Barfly à Camden, puis à Alexandra Palace - jusqu'à l'O2. Je suis toujours sorti de la route et je me suis lancé directement dans la création d’un nouveau disque, et je l’ai fait quatre fois maintenant. Je n’ai jamais eu de temps libre; tout cela ressemble à une seule tournée. Il m’est donc très difficile d’être objectif à ce sujet. »

La première fois que j'ai parlé à Healy, j'ai fortement eu l'impression de quelqu'un qui voulait que The 1975 soit un groupe grand et important.

«Vous savez quoi?» il réfléchit. "Cela semble vraiment arrogant, mais je pense qu'à ce moment-là, j'avais le sentiment que nous étions un groupe important."

Publicité

Vraiment - si tôt?

«Pas que nous l'étions à l'époque», précise Matty. «Mais c’est ce que nous étions destinés à être. De toute évidence, vous pouvez lire cela écrit et cela me fait passer pour un mégalomane. Mais vous devez avoir ce niveau de… pas d'arrogance, mais de confiance jeune aveugle. Je n'ai jamais aspiré à faire partie d'un big band - j'aspirais à être comme tous les groupes qui m'ont inspiré. Groupes culturels importants.

«Je suis obsédé par la pop et j'adore la mélodie. Même si je suis également obsédé par le monde alternatif, cet élément pop nous a aidés à rassembler un public que beaucoup de groupes alternatifs ne reçoivent pas. J'ai toujours pensé que si je pouvais tout sortir de ma tête, ça vaudrait quelque chose en musique. J'avais l'impression d'avoir vraiment étudié le formulaire et de savoir ce que je faisais. "

PROTESTATION POLITIQUE

Healy n'hésite pas à partager ses idées sur la musique et la culture - ou, de plus en plus, sur la politique. L'année dernière, The 1975 a sorti le teaser de la NOACF 'People', un wailer disco-punk teinté d'industriel à propos des milléniaux à court d'argent (Healy, un ironiste pop archi, s'autorise même la réplique, "Arrête de baiser avec les enfants!").

De temps en temps, ses gestes politiques lui ont causé des ennuis: le chanteur a évité de justesse l'arrestation à Dubaï l'année dernière quand - pour protester contre les lois homophobes des EAU - il a embrassé un fan masculin dans le public. Cela faisait suite à un incident antérieur lors d'un festival de musique en Alabama, lorsque Healy - après avoir enregistré sa désapprobation face à l'interdiction de l'avortement de l'État sans tenir compte de son attitude plus détendue à l'égard de la possession d'armes à feu - a été forcé de l'éloigner de la salle.

Pendant ce temps, Notes On A Conditional Form démarre avec "The 1975", une pièce d'ambiance présentant une articulation puissante de la nécessité d'une action radicale contre le changement climatique, gracieuseté de la militante adolescente Greta Thunberg.

Publicité

«Nous commençons toujours par la même chanson sur chacun de nos disques», note Matty. «Nous avions la conversation sur ce que serait le prochain et quelle était la version la plus moderne de cette déclaration. Qui a la voix la plus contemporaine? C'était Greta, et j'ai eu très soudain ce désir de parler de ce qu'elle disait et de lui donner une place formelle dans la culture pop.

"Parce qu'il y a un million de tweets sur Greta Thunberg, mais avoir quelque chose de concret sur les plates-formes de streaming semblait être une chose importante pour le monde. Des trucs comme ça sont juste plus gros que nous. Nous jouons cette chanson en direct et elle est plus importante que les autres. "

Healy s'est-il davantage engagé politiquement au cours des dernières années?

«Je pense que les gens ont en général», suggère-t-il. «J’ai toujours été… je ne dirais pas engagé politiquement, mais j’ai toujours été une sorte d’activiste, au sens large. Qu'elle vienne du hardcore ou du punk, j'ai toujours eu cette idée que la musique peut au moins changer notre monde, et ensuite nous pouvons continuer à changer le monde en général.

«Il n’y en avait pas beaucoup sur mon premier album, car je ne savais même pas si cet album sortirait au moment où je l’aurais terminé. La moitié a été littéralement écrite à l'université ou à l'école - j'étais en train de baiser. Je veux dire, sur quoi écrivez-vous pendant ces années? Cet album était terminé vers l’âge de 22 ans. Je ferais référence à la poésie ou à la littérature, mais ce n’était pas aussi extérieur que les disques ont été créés.

"Et maintenant, nous sommes à un point où cet album contient des éléments comme" People ". Je pense juste que c'est une perte de temps de ne pas refléter ce qui se passe dans le monde - c'est le but de l'art. "

Publicité

La nature pantomime de la présidence Trump peut masquer ses défauts les plus meurtriers. Sa gestion de la crise des coronavirus pourrait être qualifiée de lamentable: minimisant initialement la menace du virus, il a ensuite écarté les experts et a même suggéré imprudemment que les gens pourraient retourner sur leur lieu de travail avant que la maladie ne se soit correctement atténuée.

Aussi grave que cela ait été, le déni du changement climatique adopté par Trump et l'alt.right pourrait s'avérer encore plus calamiteux. Bien que nous soyons collectivement trop stressés pour le traiter maintenant, dans les années à venir, nous nous rendrons compte que la pandémie de coronavirus a fourni un aperçu effrayant de ce à quoi le monde pourrait ressembler à la suite d'une catastrophe environnementale majeure.

Healy se trouve-t-il jamais désespéré?

«Oh, totalement!» reconnaît-il. «Je ne suis pas optimiste. J'ai été instillée avec beaucoup d'espoir lorsque j'ai rencontré Greta, à cause de sa conviction et de son sérieux. Mais pour être honnête avec vous, on me demande ce que je pense de Bernie Sanders ou autre. Je veux dire, j'aime Bernie Sanders, mais ce que je pense vraiment - et je ne veux pas être trop pessimiste ici - est que le Trumpisme est un tel phénomène. Et il n’ya rien de phénoménal qui s’oppose à cela, et je ne le vois pas décliner de si tôt.

«Le Trumpisme concerne l'obscurcissement des faits, et cela dépend de cette idée d'une vérité subjective. C'est presque comme s'ils disaient: «Eh bien, vous utilisez la logique dans le cadre de votre discours, donc nous n'allons pas nier avec ça, ni nous engager avec. C’est une fausse nouvelle! »C’est comme quand un enfant de six ans ne cesse de répéter ce que vous dites alors qu’il n’a plus de dispute.»

Publicité

CÉLÉBRATION COMMUNALE

Plus que jamais, les dernières années ont donc souligné l’importance de la célébration communautaire telle que nous en profiterons ce soir.

"Oui, ce n'est plus souvent que les gens sont unifiés pour une seule raison positive", acquiesce Matty. «Il semble que la plupart des communications mondiales soient négatives ou extrêmes. Ce n’est pas particulièrement central et positif. "

Healy s'intéresse-t-il beaucoup aux réseaux sociaux?

"Oui, mais c'est assez sûr pour moi", répond-il. «C'est parce que je suis un adulte et aussi - même si certains d'entre eux sont personnels - mes médias sociaux sont essentiellement:« C'est ce que je fais. »Alors que beaucoup de médias sociaux sont:« C'est qui je suis. «Et ce sont des approches très différentes. Si vous optez pour une seule voie, cela peut affecter votre estime de soi.

«Je m'engage davantage maintenant, après une brève enquête. C’est parce que je m’intéresse vraiment au contenu, à la façon dont les choses se matérialisent et viennent du bas de l’Internet, et se présentent dans la culture dominante. Nous vivons à une époque très intéressante, donc je suis très connecté, mais je me sens presque un peu journaliste, savez-vous ce que je veux dire? »

Comme indiqué précédemment, pour de nombreux critiques, A Brief Inquiry était la pleine réalisation du potentiel de The 1975. Était-ce ainsi que Healy le voyait?

Publicité

«Ce n’était pas à moi de le dire», rétorque-t-il. «Pour que je puisse faire un album comme celui-là, il fallait vraiment se moquer de ce que les gens pensaient. Au moment où nous sommes arrivés au deuxième disque, nous n’étions pas devenus des chouchous de la presse ou de l’industrie - bien au contraire. Alors nous nous sommes dit un peu: "Faisons ce que nous voulons, putain." "

Healy est-il parvenu à des conclusions notables sur la société et la culture modernes sur le dos?

«Je suppose que parce que cet enregistrement considérait notre relation avec la technologie, les gens supposeraient qu'il y a une sorte de réalité dystopique à laquelle nous nous intéressons. Ou que nous, en tant que groupe, revenons à être des Luddites ou quelque chose comme ça. La principale chose que j'ai réalisée est que la réalité est le chaos, et l'a toujours été.

«Et, bien sûr, nous vivons à une époque plus conflictuelle et plus controversée où… les tensions raciales ne sont pas pires que ce qu'elles étaient, du tout, et la pauvreté n'est pas au même niveau. Et le meurtre ne se produit pas de la même manière, et les comptes de viol sont en panne, mais si vous créez un algorithme qui vous tient informé de tout le chaos - à partir du moment où vous vous réveillez jusqu'à ce que vous vous couchiez - cela aura un effet sur société. "

C'est certainement le cas.

«Et c'est là que nous en sommes», poursuit Matty. «Ce n’est pas que les choses vont mieux maintenant, c’est simplement que nous avions une consommation de médias linéaire et organisée. Un groupe de personnes a décidé de la nature de l’actualité - c’est ainsi que cela fonctionnait, et vous avez regardé l’actualité. Cela semble en fait plus dystopique! Aux débuts d'Internet, avec les cyberpunks et des trucs comme ça, il y avait cette véritable idée utopique.

"Le concept a été vendu que, vous allez pouvoir parler à votre grand-père qui vit à Singapour. Vous allez pouvoir envoyer un e-mail à Geoff quand il sera en Allemagne - tout était question de l'extension de vos relations préexistantes. Ce n’était pas le cas, vous allez pouvoir vous disputer avec un prêtre en Ouganda pour savoir ce que vous voulez à trois heures du matin.

Publicité

«Cela fait partie d'un idéal utopique - la communication de masse gratuite - mais ce n'est pas quelque chose auquel les gens se sont particulièrement inscrits, comme les médias sociaux. Nous avons donc créé une voiture et avons décidé d'inventer les ceintures de sécurité à 300 mph sur la M6. Je ne pense pas que nous ayons encore fabriqué les ceintures de sécurité! »

FAME AND ATTENTION

Il y a quelques années, Healy - qui a eu 30 ans en 2019 - a eu un passage bien documenté en cure de désintoxication après avoir été aux prises avec une dépendance à l'héroïne. Il ne s'est jamais particulièrement présenté comme un homme avec des démons, alors on se demande d'où vient le problème. Certes, il ne serait pas la première jeune star à trouver la célébrité et l’attention déformées la vie plus qu’il ne l’aurait souhaité. Était-ce un facteur?

"Eh bien, je pense qu'il y a cette idée que quel que soit l'âge auquel vous devenez grand, vous restez, jusqu'à ce que vous soyez forcé à un autre âge", considère-t-il. «C'était probablement vrai en ce qui concerne mon développement émotionnel, un peu. Mais j’ai toujours eu un sens des responsabilités. (Longue pause) Je ne sais pas… L’obtention du diplôme pour devenir un homme se produit à différentes étapes de la vie des hommes.

"Je ne suis pas en conflit à distance sur mon âge, mon art, ou si je ne suis pas cool ou quelque chose comme ça. Cela a plus à voir avec votre vie personnelle. Donc ma relation avec la drogue et ma relation avec les gens… Il s'agit simplement de grandir et de prendre un peu de responsabilité. L'essentiel est que les gens ne changent pas tant que ce n'est pas trop difficile de ne pas le faire, et c'était la même chose pour moi. "

Je suis sur le point de poser une autre question lorsque Healy intervient.

«Ma vingtaine était vraiment géniale!» il rayonne. «C'était tout… J'étais dans le groupe depuis que j'avais 13 ans, donc je n'avais jamais su être dans le groupe. Mais ce temps-là dans le groupe était, vous savez, le temps. »

Publicité

Mais l'excès s'est-il terminé dans un endroit sombre?

"Il y avait des excès, mais cela ne s'est pas terminé dans un endroit sombre", rétorque-t-il. «L'excès était juste assez amusant. Nous avons toujours été, comme… Je ne sais pas quel est le mot. On s'est foutu, mais on n'a jamais été comme du rock'n'roll-y avec des filles ou quoi que ce soit du genre. Ce n’est pas que nous n’avons pas été avec des filles, mais nous étions plutôt comme des nerds - dont le petit groupe emo étrange est devenu grand. Et qu'est-ce que tu fais? Vous dépensez simplement de l'argent sur des plates-formes de réalité virtuelle, vous reniflez de la drogue et faites des choses stupides.

Notamment, The 1975 fait toujours le «sexe» préféré des fans au début de leurs émissions. Est-ce toujours une préoccupation majeure pour Healy?

«Ouais, totalement! Je suis dans une très bonne situation maintenant, je suis dans une relation vraiment heureuse. Je suis donc doué pour tout cela - toutes mes addictions ont en quelque sorte diminué. "

Cela doit être absolument bizarre de lire des récits de vous-même dans les tabloïds.

"C'est un non-sens absolu", dit Healy avec mépris. «Il y avait un article qui parlait de moi et d'une ex-petite amie, et il disait que nous avons rompu parce que j'ai trop fait la fête. Je me suis dit: «Je n’ai pas bu un verre depuis quatre ans.» Écoutez, il y a aussi une idée fausse chez moi. Je pense qu'il y a des images de moi d'une nuit à New York ou quelque chose comme ça, où j'étais vraiment ivre.

«Je n’ai jamais été - pendant que j’étais dans The 1975 - un gars de la putain de Soho House à prendre de la cocaïne jusqu’à cinq heures du matin et à rentrer ivre à la maison. Comme, j'avais l'habitude de faire claquer par moi-même. C'était ma vibe. Donc toutes les rumeurs selon lesquelles je faisais des fêtes - je n’ai pas fait de fête depuis environ 10 ans. Je ne fais pas attention aux tabloïds, je trouve juste où ils obtiennent ces informations. "

Publicité

Ayant reçu l’approbation du publiciste du groupe, il est temps pour nous de conclure. Healy et moi nous serrons la main et dis au revoir. Plus tard, je retourne à 3Arena pour voir The 1975 monter un spectacle brillant et mémorable. C'est probablement le dernier concert auquel j'assisterai en 2020.

LA VIE DE VERROUILLAGE

Avance rapide de deux mois et demi. Dans une récente interview, Healy a révélé qu'il avait passé une partie du lock-out dans le Suffolk avec sa petite amie, selon la rumeur, la star de l'avant-pop FKA Twigs. Certains tabloïds ont consacré une analyse approfondie au chien de Twigs, qui s'appelle apparemment Solo et que certaines sources suggèrent de partager avec son ex, la superstar hollywoodienne Robert Pattinson.

Il y a eu des spéculations frénétiques selon lesquelles Twigs et Healy s'occupaient du chien en lock-out. Malgré tout le battage, le frontman a naturellement refusé de commenter tout aspect de sa relation actuelle. Une chose que je peux confirmer est qu’il n’y a pas de chiens qui aboient en arrière-plan lorsque j’ai passé un appel de rattrapage à Healy, qui se trouve maintenant dans le Northamptonshire, où se trouve le studio The 1975.

Le chanteur a récemment dit à un intervieweur qu'il se sentait parfois anxieux pendant le verrouillage, mais aujourd'hui, il est de bonne humeur.

Publicité

"Tout va bien, je gère", dit-il. «Je suis l’un des chanceux en ce qui concerne la situation mondiale. Comme tout le monde, cela a commencé comme une période très nerveuse, et nous nous y sommes peu à peu habitués. C’est l’une des choses étranges. Au moment où nous reviendrons à la normale, ce sera normal. »

Lors de notre discussion à Dublin, nous avons abordé les éléments les plus dystopiques de la société moderne. Beaucoup d’entre nous craignaient qu’une catastrophe ne se profile à l’horizon, bien qu’une catastrophe soit directement liée à l’environnement. Healy a-t-il déjà senti qu'il y avait quelque chose de mauvais au coin de la rue?

«Il semble que je me suis peut-être inquiété à ce sujet», estime-t-il, «parce que c’est en quelque sorte le sujet des derniers albums. Ils ont posé la question de savoir si le centre pouvait tenir. Il y a encore un élément de celui-ci sur cet album, qui est justifié maintenant que la question a été répondue pour nous. Je ne sais pas, je me sens bien, je suppose. "

Notes On A Conditional Form trouve Healy en plein maximaliste, avec 22 titres d'une portée éblouissante qui englobent diversement la pop, le rock, l'électronique, le garage et le dubstep. C’est le deuxième classique consécutif de 1975 et très probablement leur déclaration artistique définitive. Lorsque nous nous sommes entretenus en mars, Healy a décrit un concept très excitant pour l’album: il s’inspirerait d’artistes dubstep comme Burial, dans le but d’évoquer l’ambiance de la conduite nocturne sur les autoroutes britanniques. C'était une idée inspirée - le label Hyperdub, la maison de longue date de Burial, produit certaines des musiques les plus visionnaires qui soient faites aujourd'hui.

"Hyperdub est là où je suis en ce qui concerne la musique électronique", s'enthousiasme Healy. «Même Kode-9, ou Thom Yorke, que je considérerais comme faisant partie de cette scène. Une grande partie de l'identité sonore de ce monde vient aussi d'un endroit où nous avons grandi. Des musiques de garage plus sombres comme Wookie, Lain, MJ Cole et Four Tet étaient toutes si influentes pour moi - nous sommes super dedans. C’est très, très britannique. La seule chose qui nous rend patriotique à distance est une Coupe du monde, un garage ou un dubstep! Ce sont les seules choses qui me rendent fier d’être anglais. "

Sur cette note, le gouvernement britannique a envoyé de sévères critiques pour sa gestion de la crise de Covid-19. Quel est le point de vue de Healy?

«Pour être honnête avec toi, c'est un putain de travail difficile», répond-il. «Je ne ferais pas confiance aux gens qui essaient de démanteler le NHS dans une situation de lutte contre la maladie. Donc le fait qu’ils ne le font pas très bien ne me surprend pas, et une grande partie de mon énergie doit se concentrer sur ce que je peux faire. Les conservateurs ont foutu le coronavirus - quelle surprise. Mais ensuite, je ne sais pas qui aurait pu le faire, car je ne pense pas que nous soyons vraiment suffisamment unis pour comprendre ce genre de choses pour le moment. "

Publicité

Enfin, alors que nous nous tournons vers un avenir profondément incertain, Healy doit sûrement manquer le bourdonnement des performances live - aggravé par le fait que nous ne savons pas quand la musique live reviendra.

"Je ne peux pas imaginer que je vais tourner ce disque", reconnaît-il. «Honnêtement, je ne sais pas, je le prends juste au jour le jour. C’est complètement fou, mais nous allons le découvrir. Le monde change chaque fois que le gouvernement dit quelque chose - s’il vient dire quelque chose demain, nous en parlerons demain. C'est tellement intense d'essayer de le comprendre.

«En jouant des émissions, vous entrez inconsciemment dans un rythme. Cela devient la façon dont vous vivez et comprenez l'année - et cela régit la distance à travers laquelle vous négociez vos relations. Alors oui, c'est un changement. »

• Notes sur un formulaire conditionnel est maintenant disponible.

Le nouveau numéro de Hot Press, mettant en vedette la star de la couverture Matty Healy, est disponible à la commande en ligne ci-dessous:

Rolling Stone

Matty Healy et ses plus proches collaborateurs parlent de "Notes on a Conditional Form" et expliquent pourquoi le groupe n'est pas près d'avoir fini d'évoluer

Épagneuls de Bretagne

Les histoires les plus récentes de Brittany Spanos

  • Bilan de l'année: Meilleure musique de 2020 - Choix du personnel
  • «Au revoir Earl» à Emily Dickinson: un aperçu des influences de Taylor Swift sur «Evermore»
  • Taylor Swift arrive avec la déception des fêtes dont nous avons besoin avec «Tis the Damn Season»
  • Facebook
  • Twitter
  • Reddit
  • E-mail
  • Afficher plus d'options de partage
  • Tumblr
  • Épingler
  • LinkedIn
  • WhatsApp
  • Imprimer

Matty Healy sait exactement comment et pourquoi il vient d'être annulé. C'est mardi après-midi, environ une heure après Notes sur une forme conditionnelle, le quatrième album tentaculaire et indéfinissable de son groupe, le 1975, a été divulgué en ligne dans son intégralité. Certains des fans les plus hardcore du groupe - des gens qui ne pouvaient pas attendre les derniers jours pour la sortie officielle de l'album le 22 mai - bourdonnent déjà à propos de «Roadkill», une chanson folklorique américaine sur laquelle Healy se souvient d'une insulte homophobe qui était une fois exercé contre lui.

"Beaucoup d’entre eux viennent vers moi, comme" Il y a une ligne dans la chanson qui n’est pas cool. Vous ne pouvez pas dire cette merde », dit Healy quelques minutes après notre appel Zoom. «Tout d'abord, vous venez de voler mon album, puis vous êtes venu me voir et vous vous en êtes plaint? Vous avez des putains de couilles pour commencer! »

Healy se trouve dans le studio résidentiel de la campagne anglaise où il est en quarantaine avec son frère Louis, un ami producteur nommé Joe, son partenaire créatif et coéquipier George Daniel et un chiot cane corso nommé Mayhem. Son mohawk des derniers mois a été partiellement rasé, laissant derrière lui un hybride queue de rat / mulet. Pendant que nous parlons, il roule un émoussé et sirote une bouteille de Coca. "Certains jours, je suis cool d'être annulé chaque semaine", dit-il. "Certains jours, je ne suis pas cool avec ça."

Liés

Les «Notes sur une forme conditionnelle» de 1975 sont une recherche sinueuse de sens
Les années 1975 célèbrent des années d'amitié avec la nouvelle chanson "Guys"

Liés

Nourriture, famille et dindes psychopathe: 12 films de Thanksgiving insolites
«Six Feet Under»: l'histoire orale de la série bien-aimée de HBO

Alors qu'il continue d'expliquer cette dernière controverse, il redouble d'intention lyrique. «Le contexte de cette ligne est que mon expérience personnelle était en tant que militant efféminé des droits des homosexuels avec des cheveux longs, une jupe et un t-shirt arc-en-ciel, dans un aéroport de l'Amérique centrale tard dans la nuit», dit-il. «Un gars conservateur ivre m'a traité de pédé. Vous ne pouvez pas m'enlever cette expérience. "

Peu de temps après que nous ayons raccroché, Healy fait quelques blagues sur Twitter et partage quelques mèmes sur les fans qui se sont rendus en «prison de 1975» pour avoir écouté la fuite, mais il ne dit rien sur le retour de «Roadkill». " Après des années à avoir réussi à attirer l'attention sur sa musique en faisant des déclarations scandaleuses sur n'importe quelle plateforme qui l'aura, il a appris que les tweets ne sont pas son mode d'expression préféré. Ce ne sont pas non plus, me dit-il, des interviews. Il préfère se concentrer sur les «déclarations longues» comme les albums de 1975, et réduire tout le reste: «J'écrirai mes paroles, et vous déciderez si vous voulez les écouter ou non.»

Notes s’avère déjà être l’entreprise la plus controversée de 1975. Intentionnellement long et sinueux, il est destiné à compléter mais non à résoudre leur version 2018 plus directe et cohérente, Une brève enquête sur les relations en ligne. Même le nom du nouvel album vise en partie à «renverser» toute attente de finalité propre et ordonnée créée par le titre du disque précédent. «[Une brève enquête] visait à contrôler la perception que les gens ont du dossier», dit Healy. «C'était comme un essai. Je leur ai donné un cadre de compréhension sur lequel ils pouvaient suspendre leurs opinions. Notes sur une forme conditionnelle est le contraire de cela. Il s’appelle Notes sur une forme conditionnelle. Cela ne veut littéralement rien dire. »

Faire le contraire de ce à quoi on s'attend a longtemps été le M.O. de Healy, qui remonte aux débuts éponymes de 1975 en 2013 - une production pop-rock maximaliste et pétillante qui a enfermé le groupe dans une vague de nostalgie des années 80 de la nouvelle vague. Ce son était une «anomalie», selon la description de Healy, dans leur propre vision musicale, bien que des nuances de celui-ci soient apparues à chaque sortie suivante, notamment sur le single fastueux de Notes, Duran Duran-esque «If You're Too Shy (Faites-moi savoir). »

Videos about this topic

  • The 1975\'s Matty Healy on getting clean with horse therapy | SVT/TV 2/Skavlan
    The 1975\'s Matty Healy on getting clean with horse therapy | SVT/TV 2/Skavlan
  • Interview\: Matthew Healy of the 1975
    Interview\: Matthew Healy of the 1975
  • The 1975\'s Matty Healy Gives A Tour Of His Studio | Interview | Capital
    The 1975\'s Matty Healy Gives A Tour Of His Studio | Interview | Capital
  • Matty Healy Breaks Down His Albums, From The 1975 to Notes on a Conditional Form | On the Records
    Matty Healy Breaks Down His Albums, From The 1975 to Notes on a Conditional Form | On the Records
  • matty healy talking sh*t for 6 minutes
    matty healy talking sh*t for 6 minutes
  • Matty Healy’s vlog (about YAMAHA guitar)
    Matty Healy’s vlog (about YAMAHA guitar)